Travail : quand annoncer sa grossesse à son employeur?

PARTAGER SUR

Ça y est, vous êtes enceinte, c’est le début d’une nouvelle vie ! Votre patron partagera-t-il votre enthousiasme ? L’essentiel est de lui annoncer votre grossesse au bon moment, ni trop tôt, ni trop tard.

83% des Françaises de 24 à 49 ans travaillent. Et celles qui doivent annoncer leur grossesse à leur employeur craignent souvent d’être mal reçues.

Grossesse: ce que dit la loi

La loi n’impose aucune date limite pour annoncer sa grossesse à son employeur. Vous pouvez donc attendre la veille de votre départ en congé maternité si vous le souhaitez, légalement, c’est irréprochable. En revanche, votre patron, lui, risque de mal le prendre ! Votre départ va lui imposer une nouvelle organisation. L’avertir tôt, c’est donc faire preuve de courtoisie et préserver vos relations futures.

On recommande habituellement de faire part de sa grossesse à son patron aux alentours du troisième mois, lorsque les risques de fausse couche sont écartés mais que le ventre ne se voit pas encore. Ainsi, il n’aura pas l’impression d’être mis devant le fait accompli. Sachez également que si vous partez en congé maternité sans l’avoir prévenu, vous pouvez être licenciée ! Une fois votre grossesse annoncée, vous devrez l’officialiser en lui faisant parvenir par lettre recommandée avec accusé de réception les dates présumées de votre accouchement et de votre congé maternité ainsi que votre certificat de grossesse.

Grossesse: comment l’annoncer ?

Sûrement pas devant tout le monde à la machine à café ! Sollicitez un rendez-vous, à un moment bien choisi, c’est-à-dire pas avant la réunion avec le P-dg ni après la visite de l’inspecteur des Impôts.


Proposez d’aider à former la personne qui vous remplacera, vous montrerez que vous n’êtes pas indifférente aux contraintes que la situation lui impose. N’en faites pas trop non plus, vous êtes enceinte, ce n’est pas un crime, bien au contraire !

Vos avantages légaux

L’intérêt d’annoncer tôt que vous êtes enceinte réside aussi dans le fait que le droit du travail peut vous aider à mieux vivre votre grossesse. En effet, il vous autorise à vous absenter pour les visites médicales obligatoires, soit une fois par mois à partir du quatrième mois. Vous pouvez également demander un changement d’affectation pendant votre grossesse si votre poste est pénible ou fatigant et ce, sans baisse de salaire. Enfin, lisez bien votre convention collective : elle vous permet peut-être de réduire vos horaires de travail, toujours sans baisse de salaire.