Prénoms 2011: Le meilleur du pire

PARTAGER SUR

A Strasbourg, les infirmières d’une maternité se sont amusées à recenser les pires prénoms donnés dans leur établissement pendant l’année 2011. Ca fait peur !

Certains parents ont le chic pour donner à leurs enfants des prénoms farfelus… Et parfois carrément immettables. Tout semble permis aujourd’hui… Mais n’oublions pas qu’un prénom, on le supporte toute une vie. Bonjour les moqueries pour certains enfants dont les parents ont peut-être fait preuve d’un peu trop d’imagination.


Dans la catégorie « Meilleurs vœux ! »

La palme revient ex aequo aux petits Bonheur (sans jeu de mot… enfin si, un peu), Justice, et Amour. Ces parents là ont tout misé sur leur progéniture. Espérons que les bambins soient à la hauteur…


Dans la catégorie « Catho »

La palme revient très nettement à Christbéni (oui, tout attaché), qu’on imagine déjà habillé en BonPoint bien repassé. Il est suivi de près par… Pape, tout simplement. Et enfin de Christ-Joris, catho mais pas trop. Pour équilibrer la balance, un petit Daemon est aussi né à Strasbourg cette année (Gloire à Santan ?).


Dans la catégorie « Pharmacie »

Certains parents n’ont peur de rien. Pas même de donner à leur enfant un nom qui rend hypocondriaque. Ex aequo pour Nicodeme et Térébentine (le dernier étant quand même un nom de fleur, ne soyons pas mauvaise langue).


Dans la catégorie « United States of France »

Terminé, d’appeler son fils Kévin ou Brandon. Maintenant, la nouvelle mode, c’est carrément de franciser les prénoms des sitcoms. Ou pire, d’en inventer. Nous attribuons la palme à Djohanna, dont les parents ont du regarder un peu trop MTV avec des doublages douteux (ou des fautes dans les sous-titres). Vient ensuite Cheyenne, à qui on souhaite bonne chance, et Feeling, dont les parents manquaient carrément d’inspiration (et de notions d’anglais). Et enfin, Bernard-Junior : des parents à l’ancienne, mais un peu à l’américaine quand même. Classe.


Dans la catégorie « Tu seras une star, mon fils »

Première place du podium : Superman, ni plus ni moins. En voilà qui n’ont pas froid aux yeux… Dans le même esprit, le petit Playboy a de beaux jours devant lui. Pourquoi ne pas directement l’appeler Coureur-de-jupons, en VF ? Ensuite, Bronson, qui sonne un peu comme Brandon mais qui fait quand penser au héro sanguinaire du film de Nicolas Winding Refn. On espère enfin que la petite Shakira n’ira pas à l’école habillée comme la star de la pop dont ses parents semblent être fans.


Dans la catégorie « Bonne chance »

Pour ceux là, c’est trop tard, on ne peut plus rien : on peut déjà leur prédire une scolarité semée d’embuches.  Dans le désordre : Barbare, Mardoche, Ledion, Adjobignon (Vous trouvez ça mignon ?), Expert, Charlot… Sans oublier le plus incompréhensible du lot : O-D-I-L. Non, pas Odil, O-D-I-L.

A quand des prénoms chiffrés, des codes secrets, des noms de céréales ? Espérons que les infirmières responsables de cette liste ne s’arrêteront pas en 2012.