Ouverture de 9 maisons de naissance en France

PARTAGER SUR

Neuf maisons de naissance vont ouvrir en France à titre expérimental. Ces structures permettent aux femmes d’accoucher sans hospitalisation. Au bout de 2 ans, les agences régionales de santé (ARS) feront une première évaluation en vue d’autres ouvertures.

En 2013, le Parlement avait accepté la mise en place des Maison de naissance gérées par des sages-femmes et situées à proximité immédiate d’une maternité partenaire. Seules les grossesses non pathologiques pourront se présenter pour accoucher dans ces structures. Pour pratiquer les accouchements, deux sages-femmes doivent être présentes afin de pouvoir gérer les urgences.

Si les sages-femmes saluent cette initiative, elles espèrent que d’autres maisons de naissance ouvriront leurs portes à la fin de la période d’évaluation. « L’autorisation d’expérimenter sur neuf sites n’est qu’un premier pas », indique l’Association nationale des sages-femmes libérales qui lutte en faveur de ces établissements depuis une vingtaine d’années.

Les neuf maisons de naissance sont réparties dans toute la France et deux d’entre elles se situent dans les DOM-TOM : association le CALM à Paris, l’association Premier Cri à Vitry-sur-Seine dans le Val-de-Marne, la maison de naissance Doumaia à Castres dans le Tarn, La Maison à Grenoble, Le temps de naître à Baie-Mahault en Guadeloupe, la maison Joie de naître à Saint-Paul à La Réunion, la maison les Premières heures au monde à Bourgoin-Jallieu en Isère, la maison de naissance Alsace à Sélestat dans le Bas-Rhin et Un Nid pour naître à Nancy en Meurthe-et-Moselle.

 

A lire aussi sur Côté Famille

Publication d’un cahier des charges pour les maisons de naissance

Sage-femme ou gynéco : qui va suivre ma grossesse ?

Sage-femme : l’accouchement à 100%