Le tiers payant accessible aux femmes enceintes et aux malades chroniques

PARTAGER SUR

Le 1er juillet dernier, les femmes enceintes et les personnes atteintes d’une affection de longue durée (ALD), ont obtenu le droit de bénéficier du tiers payant (dispense des frais de consultation).

L’accès au tiers payant se démocratise de plus en plus en France. Grâce à la loi de modernisation du système de santé, le gouvernement espère généraliser, de manière progressive, l’utilisation du tiers payant à l’ensemble de la population et ce d’ici fin 2017.

«Trop de nos concitoyens renoncent encore à se soigner faute de pouvoir avancer l’argent : au nom de l’égal accès de tous à la santé, nous abattons aujourd’hui cette barrière financière pour les patients qui ont le plus besoin de soins et qui doivent faire face à des dépenses de santé plus élevées que la moyenne» déclare la Ministre de la Santé, Marisol Touraine.

Au-delà de soulager les patients, le tiers payant vise également à soulager les professionnels de santé, qui ne sont plus obligés de solliciter à chaque fois les différentes complémentaires pour les prises en charge.

Qui peut bénéficier du tiers payant ?

La dispense des frais médicaux se généralise petit à petit. En effet, aujourd’hui on compte neuf catégories de patients qui ont accès à cet avantage. Parmi elles, sept catégories d’application obligatoire et deux catégories d’application facultative.

Du côté du tiers payant obligatoire on retrouve :

-Les bénéficiaires de la CMUC (Couverture Maladie Universelle Complémentaire)

-Les bénéficiaires de l’AME (Aide Médicale de l’Etat)

-Les bénéficiaires de l’ACS (Aide à l’acquisition d’une couverture maladie complémentaire)

-Les personnes victimes d’un accident de travail ou d’une maladie professionnelle

-Les personnes qui bénéficient d’un acte de prévention dans le cadre d’un dépistage recommandé

-Les personnes hospitalisées dans un établissement sous convention avec l’Assurance Maladie

-Les mineures de plus de 15 ans qui consultent un professionnel pour avoir accès à leur contraception

Pour les applications facultatives, mises en place depuis le 1er juillet dernier :

-Les femmes enceintes qui doivent faire des examens obligatoires et qui doivent avoir accès aux soins à partir de 6 mois de grossesse

-Les patients souffrants d’une maladie chronique comme le diabète ou une insuffisance cardiaque. Ces derniers doivent malgré tout s’acquitter de la participation forfaitaire de 1€.

«En moyenne, une femme enceinte avance 640€ au cours de sa grossesse, et une personne diabétique 1 100€ par an» précise la Ministre. Le tiers payant espère donc faciliter la vie de ces personnes qui ont l’habitude d’engager des frais importants de manière régulière.

En définitive, le gouvernement se félicite aujourd’hui de pouvoir compter près de 15 millions de personnes qui bénéficient de cette importante exonération de frais de consultation.