L’alimentation du futur papa compte aussi !

PARTAGER SUR
© DR

Deux études indépendantes sont arrivées à la même conclusion : l’alimentation des papas a aussi une influence sur la santé de leur futur bébé.

Dans la première étude réalisée en Chine, les chercheurs ont fécondé des souris avec du sperme de mâles ayant soit une alimentation normale, soit une alimentation riche en sucres et graisses. Après analyses, les souris issues de pères ayant consommé une alimentation riche présentaient une intolérance au glucose qui n’a pas été retrouvée dans le groupe de souriceaux témoins. De plus, les chercheurs ont également décelé une intolérance réduite à l’insuline. Ces deux facteurs jouent un rôle important dans l’apparition du diabète.

La seconde étude a été réalisée par des chercheurs américains et canadiens. Ils ont observé deux groupes de souris mâles, l’un ayant un régime alimentaire normal, l’autre un régime faible en protéines. Les scientifiques ont mis en évidence que les souriceaux issus de fécondation par le groupe au régime faible en protéines pouvaient présenter des modifications génétiques au niveau des cellules souches, changements pouvant altérer leur développement ainsi que les métabolismes cellulaires des souriceaux.

Ce n’est pas la première fois que des études montrent que l’alimentation des futures pères peut altérer la qualité de leur sperme et par conséquent avoir une influence sur le développement du bébé à naître. Déjà en décembre 2015, des scientifiques avaient montré que l’obésité du père était un facteur de risque supplémentaire pour l’enfant d’être en surpoids ou obèse plus tard.

Pour aller plus loin, consultez notre dossier sur les 1000 premiers jours qui comptent dans la vie de bébé.