La cholestase néonatale : observer pour mieux dépister

PARTAGER SUR

L’AMFE (Association des maladies de foie des enfants) lance en ce mois de décembre sa campagne d’information sur le dépistage de la cholestase néonatale. 

Un dépistage trop tardif

Selon L’AMFE (Association des maladies de foie des enfants), « le dépistage d’une cholestase est souvent trop tardif, laissant le temps au foie de se dégrader, parfois de manière irrémédiable. Dans le cas de l’atrésie des voies biliaires, il faut intervenir chirurgicalement avant 30 jours de vie pour que l’opération puisse fonctionner et éviter une transplantation hépatique précoce. Actuellement, la moyenne d’âge des bébés au moment de cette intervention est de 60 jours ! » Les études ont montré que 80% des bébés opérés avant 30/40 jours ont pu conserver leur foie natif à l’âge de 3 ans, alors que si l’intervention a lieu après 4 mois aucun enfant n’a pu conserver  son foie natif jusqu’à ses 3 ans : « ils sont soit greffés soit décédés », explique l’AMFE.

Pour sauver un bébé, il suffit parfois de regarder ses couches !

Pourtant, il existe un moyen de déceler les signes de la cholestase : l’observation des selles du nourrisson, qui est un indicateur précieux. Pour repérer une cholestase c’est simple : les selles du nourrisson sont décolorées ! « C’est la bile qui colore les selles. Si cette bile n’arrive plus dans les intestins, les selles sont décolorées. Cette bile va passer dans le sang, et ainsi donner une couleur jaune à la peau du bébé », explique l’AMFE.

Trois réflexes à mettre en place

Surveiller une jaunisse persistante 

Si bébé présente une jaunisse qui persiste plus de 15 jours, c’est déjà un signe. Il faut immédiatement regarder ses selles. « Parfois, on ne voit pas une jaunisse : peau mate, noire, ou type asiatique », note l’AMFE. « L’examen de la couleur des selles doit être systématique. »

Eliminer les idées reçues

50% des mamans pensent que le lait peut éclaircir les selles et 35% n’ont pas d’opinion, soit 85% des parents qui ne seraient pas alerter devant des selles décolorées. Or aucun aliment, lait maternel compris, ne décolore les selles.

Se procurer l’échelle colorimétrique

A  partir du mois de janvier, l’AMFE diffusera des plaquettes auprès du personnel médical et du grand public, montrant les couleurs dont il faut se méfier.