Grossesse en formes : Alimentation pour garder la forme

PARTAGER SUR

Les aliments grossesse: supplémentation sous surveillance

On ne s’auto-supplémente pas en vitamines, car cela peut être dangereux pour bébé. Ainsi, un apport élevé de fer chez la femme enceinte qui ne souffre pas d’anémie, qui est diabétique ou qui souffre d’hypertension présente un risque d’effet oxydant et d’hypotrophie fœtale. A l’inverse, le fer (présent dans la viande, le boudin noir, le poisson) est souvent prescrit aux végétariennes, aux fumeuses et aux femmes qui ont longtemps pris la pilule. Dans tous les cas, c’est aux professionnels de décider. La vitamine D est la seule recommandée de façon systématique aux femmes enceintes. Elle permet l’absorption du calcium, indispensable à la formation de l’ossature du bébé.

La vitamine B9 ou folates (présente dans les noix, les épinards, l’oseille, la salade) est également souvent recommandée, car elle joue un rôle essentiel dans la division cellulaire et la construction des tissus fœtaux : une carence peut entraîner des malformations du bébé. On la prescrit donc souvent 4 à 8 semaines avant la grossesse et les trois premiers mois. Enfin, de l’iode (présent dans les crustacés bien cuits, les moules, les poissons de mer, le lait et les oeufs) peut aussi être prescrit, car les besoins augmentent pendant la grossesse pour le bon développement du cerveau de l’enfant.

Cela dit, n’oublions pas qu’une alimentation équilibrée suffit généralement  à couvrir tous les besoins de la femme enceinte…