Diminution des adoptions étrangères françaises

PARTAGER SUR

La diminution des adoptions d’enfants étrangers en France s’accentue. En cause : la volonté d’assurer une meilleure protection des enfants, et la difficulté des démarches.
Selon le ministère des Affaires étrangères, le nombre d’enfants étrangers adoptés en France a baissé de 43% par rapport à 2010. Il était alors de 3500, en forte augmentation à cause du drame haïtien. En 2011, seuls 1995 enfants étrangers ont été adoptés.

Une baisse qui inquiète la fédération Enfance et Famille d’Adoption (EFA). A l’arrêt depuis plusieurs mois, les adoptions en direction d’Haïti vers la France viennent de reprendre. Une décision conjointe des autorités françaises et haïtiennes après la promesse de Port au Prince de ratifier dans un avenir proche la convention de La Haye. Cette dernière interdit les adoptions directes, de parents adoptants à parents « séparants », comme les adoptions individuelles, de parents adoptants via les autorités, pour privilégier les démarches par organisme autorisé d’adoption (OAA). Des procédures qui vont permettre de lutter contre le trafic d’enfant.

D’autre part, le classement des pays d’origine des enfants adoptés vient de changer. Le premier devient l’Ethiopie avec 288 bébés adoptés, suivent la Colombie, la Russie et le Vietnam. Les règles sont de plus en plus strictes pour les candidats à l’adoption, et pour l’EFA, il convient de renforcer le rôle d’intermédiaire et de conseil des OAA.