De moins en moins d’enfants étrangers à adopter

PARTAGER SUR

80 pays ont ratifié la Convention de La Haye de 1993. Celle-ci pousse les Etats à rechercher des parents adoptifs sur leur territoire. Par conséquent, il y a de moins en moins d’enfants étrangers à adopter.

Actuellement, les adoptions d’enfants étrangers par des parents français sont les dernières demandes effectuées avant la mise en application de la Convention de la Haye. Ce phénomène est mondial. En France, c’est un tiers d’adoptions internationales en moins cette année. Selon un article publié dans le journal Ouest France, le problème viendrait surtout du fait que les pays d’origine demandent des « interlocuteurs uniques et professionnels ». Or, mis à part l’Agence française de l’adoption, elle est en France surtout organisée par des associations.

De son côté, Michèle Tabarot, députée UMP des Alpes Maritimes propose  d’abaisser les délais des décisions de considérer un enfant comme abandonné, d’un an à six mois, afin de rendre ces enfants adoptables.